Modifications des VA'A


phpMyVisites | Open source web analytics phpMyVisites


Courrier expédié à Emmanuel Girard, Président Commission Nationale Merathon

 


Bonjour,

Après la rencontre avec les clubs de va’a du Var, je tiens à reprendre certains points décidés en Plénière :

« La Fédération Internationale de Va’a propose d’autoriser en V1 le safran uniquement sur les courses Marathon sur 15 à 25 km. La proposition de mettre des gouvernails aux V1 pour la longue distance répond à une demande de plus en plus forte dans l’hémisphère Sud et permet de garder une place clairement identifiée (le sprint) à la pratique de la V1 sans gouvernail.
Dans l’attente de la confirmation à l’Assemblée Générale IVF, la Plénière Mérathon a pris la décision de suivre éventuellement ces directives en particulier d’accepter l’utilisation sur les V1 d’un safran (gouvernail) à partir de 2008, conformément à notre règlement.
Une proposition d’allègement de la masse des V6 a été votée pour passer de 150kg à 130kg, à partir de 2008. »

J’aimerais obtenir de plus amples informations à ce sujet car je comprends comme suit  et je suis effaré de ce que je lis pour différentes raisons :

La 1ère, qui n’est pas la plus importante car nous y sommes habitués, aucune information ne nous est parvenue sur ces propositions de modifications des va’a, qui aurait du normalement nous parvenir par le Délégué National Va’a, Christian Blua.
Je te remercie en tout cas,  même si je n’adhère pas à ces décisions, de nous tenir informé.

Le 2ème point, qui est, à mon sens le plus important est : comment peut-on imposer à des sportifs pratiquant un sport dans une catégorie définie, qui est le va’a, de leur demander de s’aligner en compétition avec d’autres rameurs courant sur des bateaux différents ?
En effet, ce type d’embarcation avec safran s’appelle l’Outrigger Canoë (OC1), hybride du va’a et du kayak de mer, crée par les américains qui trouvaient le va’a trop difficile ; cette embarcation est reconnue mondialement, et a son circuit de compétition, MAIS est distinct du va’a polynésien.
On ne peut pas imposer dans la catégorie va’a de faire courir un autre type de bateau !
Si certaines personnes souhaitent faire connaître l’OC1 aux rameurs français, pourquoi pas, mais de là à proposer 2 embarcations différentes dans une même catégorie, sachant que l’une est plus facile d’accès que l’autre, je réponds non (ce n’est pas parce qu’il y a un balancier que c’est identique).
Soit des anciens du CK trouvent le va’a trop difficile en pratique et voient dans l’OC1 un palliatif,
Soit la pratique du va’a V1 n’intéresse pas la FFCK qui pense trouver plus d’adhérents avec l’OC1 plutôt que d’aider à développer le V1 en Merathon,
Soit la pression de la FIV, elle-même poussée par les intérêts des industriels de l’OC1 est importante.

3ème point, le va’a est un sport reconnu et plus que cela, il fait partie de la tradition polynésienne ; la Délégation de la Polynésie Française a rencontré le 28 janvier 2006 à Toulon la Communauté polynésienne du Var, très fière d’avoir apporté et permis, essentiellement par le biais du va’a, de faire découvrir leur culture ; or, d’apprendre que le V1 doit être modifié par l’ajout d’un safran afin de permettre à des rameurs de courir en OC1 est une hérésie !
Une autre préoccupation vient de la part des quelques fabricants français de va’a, qui n’ont plus qu’a jeter leurs moules (soit un investissement financier très lourd) et essayer de lutter contre la déferlante des constructeurs d’OC1.

Le circuit va’a se met en place, des actions sont à réaliser pour le développer, en fabriquant un va’a « école », accessible aux scolaires, ou d’autres actions ;
Le V1 trouve progressivement sa place sur le circuit national, avec un projet de course V1 à la Seyne/Mer, par la mise en place de la Coupe de France Vitesse qui va permettre à d’autres catégories de sportifs de le découvrir.
Rien n’empêche des passionnés de la rame de faire découvrir l’OC1 et peut-être un jour de voir la catégorie OC1 faire son apparition au Championnat de France Merathon ; mais je suis contre le fait de modifier une embarcation traditionnelle faisant le plaisir de nombreux rameurs, plaisanciers ou compétiteurs, pour je ne sais trop quels intérêts.

4ème point, la modification du poids des V6. Il me semble que le poids de 150 kg répond à des prérogatives de Sécurité, ces embarcations étant soumises à des contraintes énormes, garantie d’une sécurité pour les 6 rameurs ; l’évolution des matériaux composites permet d’avoir pour un poids moindre certainement la même sécurité (mais certainement pas au même prix !) ; le règlement permet, je pense, pour ceux qui le souhaitent, d’avoir une embarcation de 130 kg  lestée à 150 lors des épreuves, permettant à tous les clubs qui ont déjà financé leur V6 aux normes actuelles, avec souvent l’aide des collectivités régionales ou départementales, de pouvoir toujours participer aux compétitions .
Il faudra donc d’ici 2008, trouver d’autres financements pour acheter des V6 compétitives, la région ne participera plus à l’achat de nouveaux matériels aussi onéreux.

C’est pourquoi je vais faire circuler ce courrier comme un sondage d’opinion auprès des différents présidents ou responsables de structures de va’a présents sur le Var, puis sur la France ; je le transmettrai lors des réunions CDCK et CRCK afin que tu puisses avoir l’opinion générale des pratiquants du va’a en France membres de la FFCK.

Encore une fois par manque de communication avec le délégué national Va’a, que nous ne voyons jamais dans les différentes réunions, cela m’oblige à t’envoyer un message d’alerte et exaspéré car tes courriers tombent comme des bombes, ce qui pourrait être évité.

Cordialement,

Xavier DELAUNAY : Président de Six-Fours

 

 

 

 

    Cliquez ci-dessous pour :  

Lire La lettre originale d'Emmanuel Girard

Lire la réponse d'Emmanuel Girard

Lire la réponse de Charles Villierme

Télécharger le formulaire de sondage



 

Cliquez ici =>   si vous voulez lire ou ajouter un commentaire


 

 

 
Contact
  -
Copyright ©  Va'a en France - Envoyez nous vos infos, elle seront lues par plus de 500 visiteurs par jour